dimanche 21 juillet

Blanc et noir

Les doigts agiles et d'une Finesse inouïe ont joué  Leur mélodie de la mémoire d'une adolescence musicale.  Un prélude ou un nocturne  Peu importe, le phrasé est Venu se glisser sous le clavier  Pour renouer avec l'envolée  Des notes. Mais cette fois-ci L'élève appliquée a lâché la  Bride aux animaux inspirés.  Ce n'est plus l'air de Vienne Ou de Budapest. C'est l'air De circonstance, un souffle Chaud, qui brûle et amène  En lui la chevauchée africaine.    
Posté par Desmotsdailleurs à 17:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :