dimanche 29 décembre

Quidam

Un quidam emporte Zoé Il lui présente ses amis Qui aiment jongler et sauter. Elle, ravie, sourit au pays Des chats noirs et des chats Blancs. Son corps suit la Mélodie lancinante, elle Chavire du bonheur des Habitants du Danube. Ils Jonglent avec nos âmes Et lancent haut le diabolo De nos malheurs passés, Semblables aux dominos D'ivoire qui ornent les Pianos des gares d'Europe Et les rues de Budapest.
Posté par Desmotsdailleurs à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 décembre

Soleil de cirque

Zoé boude depuis l'enfance Les caresses et les histoires Cela fait longtemps qu'elle Les attend. Un rayon l'emporte Près des étoiles. Un souffle de Chapeau magique et elle entre Dans le tourbillon de la danse Sans retour sur ses parents. Les artistes virevoltent dans le Chamboulement de joie et de Musique. Zoé ne rêve pas, elle Est au cirque sous le grand chapiteau.
Posté par Desmotsdailleurs à 22:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 27 décembre

Ronde de nuit

La lune amie attend ma ronde De nuit. Un sourire familier au Coin des chemins de la vie. J'aime marcher vers sa masse De verre luisante dans la sombre Matière des insomnies amenées. Voilure assagie des tempêtes Retenues sans le cri d'ennui Des jours où le corps fourbu Repose au creux des matins. Tissage laborieux des Parques Qui ne sont plus. Le fil est coupé.
Posté par Desmotsdailleurs à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 11 décembre

Le fumeur de l'univers

L'homme s'est promis dans Un bel acte d'amour d'avaler Le cosmos parsemé d'étoiles, Et de rejoindre les demeures divines. Une prétention s'ajoutant à une autre, le voici prêt à prouver Sa capacité à dominer le monde. La Belle n'en revient pas et observe Le prétentieux dans ses actes. Il tire de sa poche une pipe de bois et dessine aux creux des Lèves le contour de la voûte des Cieux.
Posté par Desmotsdailleurs à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 06 décembre

Un soir glacé

Les langues se délient Les masques du paraître Sont jetés aux orties. L'heure Du bilan de la vie se lève déjà. Les yeux fatigués quémandent Pardon et révisent les derniers Moments comme une relecture Du devoir mal écrit et brouillon. Finie la comédie, il faut apprendre A vivre les derniers instants sans Peur, comme si le destin revenait Sur ses pas et gommait les fausses Routes et retraçait le chemin que Les pieds des enfants empruntent Désormais pour écraser les ornières Cahotantes et instables des aînés.
Posté par Desmotsdailleurs à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 06 décembre

Le souffle de la terre

Quand le jour se fait Quand les âmes s'étirent Dans l'aube de pourpre et De sang, j'imagine les sylvains. A pas feutrés ils vont au cœur Du monde recueillir les souffles Des disparus de la nuit. La glaise Se pare de vert feuillu et moussu et façonne ses enfants en buvant Au silence de la poussière volée Encore un instant comme une Pause musicale d'un jour sur terre.
Posté par Desmotsdailleurs à 20:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 10 novembre

La marche du train

Le train n'est plus déjà à l'horizon. Sa vitesse calculée a touché le ciel D'ocre paré. Les âmes voyageuses n'ont pas retenu les nues détachées. Le géant de fer a déchiré la voilure Des Anges célestes, des lambeaux Jaunis envolés tels des manteaux Rapiécés ont fondu à la pâle ardeur Du soir tombant. Leur poussière d'or En fait un lit de duvet pour les amants.
Posté par Desmotsdailleurs à 20:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 30 octobre

Privatif

Pour Axel.... L'alpha, au commencement De la vie n'est pas toujours Si annonciateur d'espoir. Il prive sans distinction l'enfant, La jeune femme et le vieillard. Il coupe, débite, aveugle et boiteux. Plus de cellules, plus de joie plus de Cœur. Il enlève et rend difficilement. L'alpha aux cornes de taureau rage Fulmine et s'emballe à travers la Matière humaine. Il rejoint trop Vite son double de fin qu'est l'oméga.
Posté par Desmotsdailleurs à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 octobre

Échecs

Comme un jeu masqué et fracturé Les pièces se confondent, s'embrassent Se défont, prises dans leur propre ombre. Elles s'animent et vivent l'agon nocturne Pour mieux revivre les heures du jour. Elles perdent puis recommencent Comme une sarabande en éternel Tourbillon. Vivez, jouez jeux de la vie. Maîtrise des couleurs, Réflexion des esprits penchés.
Posté par Desmotsdailleurs à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 18 octobre

Osmose

L'homme a posé son regard Au delà des hyperboréens. Sans douter,  à la tombée de L'astre, il s'est acheminé vers   les contrées septentrionales,  Il a volé à l'attirance de son contraire.  Sans fléchir, sa bouche chaude, humide D'embruns a rencontré les lèvres    depuis longtemps attendues. Contact  De glace, brûlure aiguë et l'union s'est Faite. Elle, la blancheur de la Banquise Murmure quelques phrases, elle   S'ouvre... [Lire la suite]
Posté par Desmotsdailleurs à 21:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]