dimanche 07 juillet

Au fil du temps

Au fil du temps, Mes poèmes se Posent sur les Nuages légers  De mon ciel. Je sais qu'ils Sont au dessus De ma tête et si Je me sens seule Je lève les yeux Vers eux. Alors  Ils s'ouvrent et Diffusent, méthodiques, Leurs lettres de clarté. 
Posté par Desmotsdailleurs à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 07 juillet

Un fil perdu

Un fil perdu A Sarah Guyard-Guillot   Grande est la tristesse Du soleil. Son acrobate N'est plus. Depuis très Haut elle s'est perdue  Au sol. Le fil qui la  Retenait à nous s'est Rompu et Sarah nous A laissés.  Elle est dans cet élément Qu'elle aimait tant et de là-haut Elle regarde ses enfants  Qui se souviendront d'elle  En levant toujours leur tête. 
Posté par Desmotsdailleurs à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 07 juillet

Pluie

Pluie La pluie est venue  Dans le cortège de Brume. L'air se fait Plus frais et les oiseaux Chantent plus haut.  Derrière la vitre les Regards sont vifs,  Ils captent les couleurs De ce temps gris. La terre Boit en vigueur cette aubaine. Je hume, j'écoute je vois Tout un monde beau et neuf. Les minutes paraissent  Arrêtées, comme suspendues Au ciel. La vie prend une Pause pour se faire plus belle. 
Posté par Desmotsdailleurs à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 07 juillet

Nuit de feu

Nuit de feu A J. Lu...   Ton cœur de ténébreux  n'en Revient toujours pas.  Tu es parti de la fête Tu t'étais confié un peu. Mais cette nuit ton drap T'a trahi, la fumée t'a réveillé.  Tu as sauté et ta cheville est  Cassée. Tu n'as pu que voir Ta maison en feu. Te voilà  Allongé et tu n'as plus rien.  Tout a brûlé. Tu vas pouvoir Te reconstruire et je vais t'y  Aider. Mon âme amie veille Sur toi tout en discrétion.  Tu seras mon renard du désert  et... [Lire la suite]
Posté par Desmotsdailleurs à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 07 juillet

Cris

Cris Cri du cœur cri du non-amour, Libération obligatoire pour  Passer sa route la tête haute.  Cri rauque de l'incompréhension  Fort et ravageur. Hurlement, Douleur. Refus de la réalité. 
Posté par Desmotsdailleurs à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 07 juillet

Mon coeur

Mon cœur Un cœur dont personne  Ne veut. J'attends, seule, Et vois l'écureuil Sous les Pins. Est-ce lui qui l'a pris ? Il part en sautillant, les pattes Encombrées. Non, ce n'est Qu' un pignon dont il va se Régaler. Sans moi. La salle Est obscurcie par de lourds  Rideaux noirs. Des appareils Qui ronronnent doucement. Le maître des lieux a du retard. Je patiente sagement. L'écran  Toujours éteint ne me renvoie  Aucune image. Mon cœur ne Fait encore de bonds. Il est sage. 
Posté par Desmotsdailleurs à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 07 juillet

Mur

Mur Le pan de mur se répète  A l'infini. Couvert de verdure Sans demie mesure il se lit Horizontalement tout vêtu De lamelles bien posées.  Un labyrinthe ouvert dans La lumière d'été. Cachette Infinie et perspective d'un Voyage au pays des pandas. 
Posté par Desmotsdailleurs à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 07 juillet

Nuit d'été

Nuit d'été Souffle étouffant Vie en parenthèse le jour, Nuit noire sans fraîcheur. Les cigales chantent encore, La vie s'étale et s'écrit.   
Posté par Desmotsdailleurs à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 07 juillet

Secret de l'arbre

Secret de l'arbre Les arbres ont le secret De retenir nos échanges Murmurés à leur ombre.  Leurs feuilles bruissent  Les mots, les branches Sont gardiennes des pleurs. Fabuleux destin de l'arbre Qui grandit à mes côtés,  Toujours reposant, en  Silence, il n'oublie rien de Ce que je lui confie la nuit. Miroir de vérité, jamais ne faiblit. 
Posté par Desmotsdailleurs à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 07 juillet

Chaleur d'été

Chaleur d'été Soudain la vague de chaleur Me rappelle mes nuits  D'enfance dans la maison De ville. La chouette me Laissait éveillée, les volets  Percés aussi. Je rêvais à L'intrus qui passerait par Les losanges où l'air rentrait.  Le lit bateau ne me protégeait Pas et je craignais dans la  Moiteur de la nuit le moindre Bruit des êtres de la nuit.   J'y pense encore et je me Revois endormie, percevant Dans les veilles les bruits Des adultes qui tardaient. 
Posté par Desmotsdailleurs à 20:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]