Tapi derrière l'ombre de sa vieillesse

il passe son temps comme le chat

à scruter la vie des autres, il commente

joue avec les unes et les autres, proies

d'un soir, d'un rêve ou d'un désir inavoué,

sa nuit est blanche, ses yeux usés

il fait le dos rond et aime les caresses.

Le jour il use ses heures à sourire

comme un pantin de bois articulé

il croit manipuler mais il n'est qu'un

pauvre jouet qui erre sur l'échiquier,

parfois je le regarde et j'attends ses

miaulements désespérés, il n'a pas eu

les effets voulus, son orgueil est touché.

 

 

Illustration : Fabien Delaube

Fabien Delaube