La branche est belle l'ombre est tenace

Je veux la chasser, l'oublier un instant

elle revient toujours au temps apaisé

et jamais elle ne se lasse, déployée

 et souple dans ses acrobaties de

demi-teinte. A sa soudaine apparition

comme le fauve tapi derrière le mur

il est le premier à sauter pour la prendre

il la dévore des yeux, se repait de ses grâces.

Spectatrice impuissante de cette funeste

danse, j'efface ma douleur revenue avec mes

compagnons de route, les mots que je

cisèle dans le temps et dans l'espace.

6d641785b7e42d8ee5dc2613490cf303