Entrer dans le silence trouver son chemin

s'abandonner au sable fin de notre destin,

j'ai suivi le trait du ruisseau à peine né

dans l'immensité que tu as laissée vidée,

essoufflée de toute âme face au désert blanc.

Depuis j'avance je m'arrête sur le flanc

parfois telle une biche touchée par la flèche

d'un mauvais cupidon à la tête revêche.

gplus949107656