Je retourne souvent devant le ponton

où nos barques se sont endormies,

les images de nos jeux interdits

reviennent  quand nous chantions.

 

Nos airs étaient ceux de l'époque

des couronnes à fleurs aux cheveux

et des sourires autour des feux

assis  sur des pierres qui résonnent.

 

Au matin nous faisions la course

chacun notre barque, rieurs et triomphants

sans souci, nous buvions à la source

puis nous revenions usés mais contents.

 

gplus910021023801289077