Un air nostalgique s'écoule du jour pâle,

la mélodie traverse les fenêtres agrandies

et chante pour les feuilles alanguies

qui volètent au grès de l'étang brumeux.

 

Il reste dans la pièce un goût d'enfance

imparfaite, comme un film inachevé

qui s'effiloche dans la nature palpable

et délicate derrière l'immense  baie vitrée.

 

C'est un après-midi de décembre froid et langoureux

la lumière décline déjà et le piano semble lourd,

le joueur a délaissé son instrument sans regret,

il s'en est allé sur les bords de l'eau pleurer

sa tristesse que les notes n'ont pas exprimée.

 

 

 

 

Michael Gorban