Nos baisers fragiles s'émiettent sur le sable

quand la marée remonte haut sur le rivage,

nos corps adaptés l'un à l'autre sont mirages

et pourtant leurs postures sont si sages.

 

C'est toi qui me crée par ton effleurement

et je souris les yeux bercés par le vent

car nos rêves d'enfants sont pur enchantement.

Hélas nous étions chérubins jouant sagement

 

à nos châteaux éphémères, l'espace d'un soir

 et comme façonnés dans un marbre sans espoir,

nous voilà au large,en mer , engloutis de désespoir.

 

gplus1170669817