Sable ocre du temps tu t'échappes

et l'homme ne cherche qu'à t'enfermer,

il t'enchaîne pour oublier ton naturel

mais qui ne voit pas que les heures

et les années n'effacent pas tes grains.

Dans ta cage de verre, tu t'écoules

sans discontinuer, tes marques fines

me font disparaître, je fonds et toi

tu te nourris, mes souvenirs te font

un beau lit sur lequel tu rêves à l'infini.

gplus-1920293846