Je ne sais plus si c'est du passé,

tout est brouillé dans la mémoire.

Il faisait froid et les nuages

grondaient sous la menace.

La gare de L était déserte

j'avais attendu des heures.

A force d'avoir regardé de

l'autre côté de la voie ferrée

perdue dans l'attente d'une

promesse depuis longtemps envolée

la lande était devenue montagnes

et mon esprit battait la campagne.

Enfin le dernier train est venu,

je ne me  suis jamais retournée.

 

 

Illustration : Manuel melero

Manuel Melero