Je me suis promenée dans les allées de verdure

d'herbe tendre à peine née de la pluie d'hier,

où les pâquerettes sorties font la fierté des prairies.

Si je me penche un peu je découvre le monde

et son code de couleurs qui s'harmonisent

dans des associations parfois surprenantes.

Les oiseaux dans les arbres jouent avec leurs

reflets bleus, verts et rouges, tout un ensemble

bariolé comme la tunique d'un Arlequin des bois.

Puis arrivent les papillons aux couleurs mordorées

 s'envolant  d'un tableau  de la Renaissance,

touches légères de teintes bigarrées dans le vert

tendre des jeunes pousses. Je m'émerveille à chaque

printemps de cet assemblage que la Nature compose,

 et renouvelle à chaque saison. Elle m'offre, à l'instant

la palette infinie qu'elle tisse dans l'écharpe d'Iris.

index