La vieille machine noire
n'a plus de beau jours.
La pédale qui rythmait
le pied aisé de ma grand-mère
a perdu son lustre et sa cadence.

Les aiguilles cassées ne sont plus
disposées. Elles sont brindilles que
L'on va jeter dans le quartier.

Elle n'est plus la main alerte
qui savait la guider et la modérer.
Mais j'aime ses contours encore
brûlants de l'ancien temps quand
Nos robes étaient cousues de fil blanc.