mercredi 30 octobre

Privatif

Pour Axel.... L'alpha, au commencement De la vie n'est pas toujours Si annonciateur d'espoir. Il prive sans distinction l'enfant, La jeune femme et le vieillard. Il coupe, débite, aveugle et boiteux. Plus de cellules, plus de joie plus de Cœur. Il enlève et rend difficilement. L'alpha aux cornes de taureau rage Fulmine et s'emballe à travers la Matière humaine. Il rejoint trop Vite son double de fin qu'est l'oméga.
Posté par Desmotsdailleurs à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 20 octobre

Échecs

Comme un jeu masqué et fracturé Les pièces se confondent, s'embrassent Se défont, prises dans leur propre ombre. Elles s'animent et vivent l'agon nocturne Pour mieux revivre les heures du jour. Elles perdent puis recommencent Comme une sarabande en éternel Tourbillon. Vivez, jouez jeux de la vie. Maîtrise des couleurs, Réflexion des esprits penchés.
Posté par Desmotsdailleurs à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 18 octobre

Osmose

L'homme a posé son regard Au delà des hyperboréens. Sans douter,  à la tombée de L'astre, il s'est acheminé vers   les contrées septentrionales,  Il a volé à l'attirance de son contraire.  Sans fléchir, sa bouche chaude, humide D'embruns a rencontré les lèvres    depuis longtemps attendues. Contact  De glace, brûlure aiguë et l'union s'est Faite. Elle, la blancheur de la Banquise Murmure quelques phrases, elle   S'ouvre... [Lire la suite]
Posté par Desmotsdailleurs à 21:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 16 octobre

Permanence

Permanence du temps Répétition des gestes Salle inchangée et Disciples toujours en action. Les mots figés sur les vieux Gaffiot jaunis dansent Chantent encore dans les Encres diluées à l'eau de Chine. Les lettres s'effacent, se gomment Et je revois la vieille machine couleur Orange des années soixante-dix. La Folie des plumes aux noms prestigieux Perdure sur le papier et dans l'esprit.
Posté par Desmotsdailleurs à 09:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 08 octobre

Soif

Quand je le vois je sens le vent Qui m'apporte les mots que le Temps trop vite dépose et reprend. Une soif intarissable de paroles Que les arbres vénérables bruissent Et répètent dans leurs branches étales. Des retrouvailles qui passent si rapidement Et qui n'ont donné aux souffles rapprochés Que le quart de ce qu'ils voulaient s'offrir. Faiblesse de l'homme qui ne maitrise Ni son désir , ni son équilibre et se laisse Guider dans un avant toujours éternel.
Posté par Desmotsdailleurs à 22:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 05 octobre

Secondes

Pour Axel ... Un mot une seconde une respiration Un seul mot donné, une poussière De temps et parfois tout bascule. Une vie est le renvoi incessant D'une balle de joie et de peine, Une boîte secrète aux multiples Facettes que l'on n'entrevoit Que l'espace d'un instant réfléchi. Hélas pour certains l'instant est Fragile et se brise en pleine vigueur, pour d'autres l'instant se prolonge Sans pour autant satisfaire. C'est Un éclair qui foudroie aveuglément Sans pitié et entièrement. Et Faut-il être si peu averti pour vivre,... [Lire la suite]
Posté par Desmotsdailleurs à 22:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 04 octobre

Rêve

Dans un train cahotant j'ai Rêvé d'un thon en maillot, Tout de rose vêtu il échappait Aux babines félines d'un chat. Quand l'esprit vagabonde Et sursaute à chaque heurt Le thon à de multiples couleurs Qui sont autant de rayons Lumineux dans la mer de Corail. Le thon est parti Depuis des heures et il ne Frétille plus. Ce soir une belle Assiettée ravira les affamés.
Posté par Desmotsdailleurs à 21:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 01 octobre

Les fées

L'humain y est rarement invité Il faut vraiment forcer le passage S'engouffrer s'en se retourner. Une fois l'instant magique savouré, Les yeux s'habituent doucement au lieu. Les souvenirs des contes d'enfance, Les vieilles légendes et cortèges de Fées, lutins et farfadets dansant Peuplent cet univers mêlant la mousse, L'argile et les stalactites dans le miroitement De l'eau bleue, blottie au plus profond des Ruines fondatrices. Le silence monacal Perdure et rend l'attrait si pur qu'encore Je sens humus et j'entends la... [Lire la suite]
Posté par Desmotsdailleurs à 20:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]