lundi 29 juillet

Promenade fleurie

la moiteur venait du solil avait plu toute la nuit.L'humidité présente étouffaitle crissement des pneus.Au mitant de la journéeles choeurs cigaliensse répondaient dans les pins.Tout à coup, dans le contourdu lac, un pont de boisouvre la piste des senteurs.Impression d'être au pays desfleurs géantes et d'avoirles cent yeux d'Argos àcontempler les mille essences.Un silence dans cet espacede paix, une marche à petitspas qui contraste avec larapidité des cormorans du ciel.
Posté par Desmotsdailleurs à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]